Hôtel Villa Rosenhof 1893 à Gardone Riviera, une histoire d’hospitalité renaît

Dans la capitale mitteleuropéenne du lac de Garde, la Dimora Storica (Maison historique) redevient un petit hôtel 3 étoiles.

En 1893, l’histoire de l’Hotellerie commence comme dépendance de l’ancien Hôtel Rosenhof qui logeait la riche noblesse mitteleuropéenne. De nombreux clients préféraient loger dans la Dimora pour plus d’intimité et pour les promenades romantiques dans le silence de l’immense oliveraie, aujourd’hui parc de l’Hôtel Villa Florida. Mon arrière-grand-père Faustino avait préparé des bancs en bois dans les endroits les plus panoramiques où l’on lisait à haute voix des textes de la littérature classique allemande. L’entrée de La Dimora était du côté de la rue : à l’époque il y avait seulement des carrosses qui passaient avec leurs valises en bois, maintenant, malheureusement, des voitures rapides circulent dans la rue. Sur la gauche, de la célèbre boutique Alexander des chars à un cheval partaient pleins d’huile d’olive, de citrons et d’eau de cédrat vers le cœur de la riche Allemagne. C’étaient les années qui ont précédé la Grande Guerre et on pensait qu’en Europe la Belle Epoque ne finirait jamais.

Grâce à une intervention récente, l’enseigne sur le mur et la liste des produits en vente chez Alexander, bien visibles depuis le trottoir, ont été restaurés. D’après une estimation, on pense qu’il y avait 12 chambres disponibles à la fin du XIX siècle, avec 2 salles de bains à l’étage. Aujourd’hui, les chambres se sont transformées en quatre grandes suites. Comment les besoins d’espace et de confort des voyageurs ont changé en un siècle !

 

Au cours de la période de la République Sociale Italienne (1943 – 1945) le rez-de-chaussée de la Dimora, était utilisé comme entrepôt pour les matériaux explosifs de la Wehrmacht et l’étable de mon grand-père Angelo était l’abri des chevaux des officiers allemands logés dans la proche ambassade dirigée par Rudolf Rahn. Trois des chevaux, noir, blanc et rouan, venaient exprès d’Allemagne sur les ordres du général Albert Kesselring. Chaque matin, selon l’humeur, il les choisissait à son tour pour se promener le long des sentiers panoramiques des collines de l’Hôtel.

 

Une fois les tensions de ces jours tristes passées la Dimora logeait les croupiers et le personnel de la salle de jeux du proche Casino de Gardone : c’était un aller et venir de jeunes qui voulaient travailler dans le monde éphémère du jeu, animés par ce désir de vivre typique de l’après-guerre. En quelques mois on était passé des jeux cruels des stratégies militaires aux jeux plus légers du hasard. Leur professeur s’appelait Corona et il enseignait les règles et les astuces du Black Jack et de la Roulette française. Ensuite, la licence de Casino a été donnée temporairement à Venise, où elle est restée pour toujours, conformément au principe éprouvé que, en Italie, rien n’est plus définitif que le provisoire.

Aujourd’hui les Suites de l’Hôtel Villa Rosenhof 1893 sont meublées avec le même style mitteleuropéen et elles partagent tous les services, les piscines et le parc de l’Hôtel Villa Florida. Les clients ont les avantages d’un hôtel 4 étoiles avec un tarif de 3 étoiles. Pour ceux qui aiment les belles promenades la Dimora Storica se trouve au début de l’élégante promenade Paul Heyse (Prix Nobel de littérature en 1910) qui relie Fasano, à l’époque appelé dans les Guide allemands « la Florence du Garde », aux beaux jardins de Gardone Riviera.

Laisser un commentaire